Cinq études ont testé l’hypothèse selon laquelle l’attractivité auto-perçue façonne les perceptions des gens de leur classe sociale (SES subjectives), qui, à leur tour, façonnent la façon dont les gens réagissent aux inégalités et aux hiérarchies sociales. L’étude 1 a révélé que l’attrait auto-perçu était associé au soutien à la domination basée sur le groupe et à la croyance en la légitimation des idéologies, et que ces relations étaient médiées par la classe sociale subjective. Des expériences ultérieures ont montré qu’une plus grande attractivité perçue par soi-même augmentait le SSE subjectif, qui à son tour augmentait le SDO (Étude 2 et Étude 5); encourageait des croyances plus fortes dans les causes dispositionnelles de l’inégalité (Étude 3); et réduisait les dons à un mouvement prônant l’égalité sociale (Étude 4). En revanche, une plus faible attractivité perçue par soi-même a diminué les SSE subjectives, ce qui a entraîné une plus grande tendance à rejeter les hiérarchies sociales et à interpréter les inégalités en termes de causes contextuelles. Ces effets sont apparus même après avoir contrôlé le pouvoir, le statut et l’estime de soi, et n’étaient pas simplement motivés par l’incitation des gens à se voir positivement sur les traits souhaitables (étude 4 et Étude 5).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.