Les lacunes d’Atlanta sont trop nombreuses pour être complètement inventoriées ici.

Le trafic est étouffant. La nourriture est fade. Et leur équipe de football a pris une avance de 28-3 au Super Bowl.

Mais les grands de Mercedes-Benz ont décidé de préférer le stade de football moderne d’Atlanta à notre Superdome historique. Ils rayeront donc leur nom du toit du dôme lorsque l’accord de commercialisation du constructeur automobile expirera l’année prochaine.

Mercedes fait une belle voiture, mais quand il s’agit de choisir un stade de football, ils sont hors de leur ligue.

Le Superdome a accueilli sept Super Bowls, les Rolling Stones et le pape Jean-Paul II. Sous son toit de 10 acres, Tulane a joué une saison invaincue, Michael Jordan a remporté un championnat national pour la Caroline du Nord, George Bush a dit « pas de nouvelles taxes » et Roberto Duran a dit « pas de mas. »

Le stade Mercedes-Benz d’Atlanta a trois ans. Il a accueilli un Super Bowl, mais il est surtout célèbre pour l’incapacité des constructeurs à faire fonctionner correctement le toit en pinwheel. Pourtant, les Louisianais s’en souviendront avec émotion parce que Joe Burrow et les Tigers y ont marqué 100 points en décembre, tout en humiliant la Géorgie et l’Oklahoma en route vers un championnat national.

Appelez-nous nostalgiques, mais nous manquons l’époque où les stades portaient le nom de vedettes locales, et le nom de Tom Benson serait bien sur le Superdome. Mais de nos jours, tout est à vendre, donc un autre géant de l’entreprise paiera sûrement beaucoup d’argent pour que son nom soit peint au sommet de ce que le scribe sportif de Picayune, Peter Finney, appelait autrefois le champignon géant de la rue Poydras.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.