1.1.Buts et objectifs

En raison de l’état hypercoagulable induit par la chirurgie, les complications graves de la chirurgie urologique comprennent la thrombose veineuse profonde (TVP) et l’embolie pulmonaire (EP) – appelées ensemble thromboembolie veineuse (TEV) – et des saignements majeurs. Les décisions concernant la thromboprophylaxie pharmacologique en chirurgie urologique impliquent un compromis entre une diminution du risque de (TEV) et un risque accru de saignement. À l’heure actuelle, l’utilisation de la thromboprophylaxie en urologie varie considérablement d’un pays à l’autre et d’un pays à l’autre. Cette variation n’est pas surprenante si l’on considère que les recommandations des directives nationales et internationales sont souvent en conflit.

À ce jour, les recommandations existantes pour la thromboprophylaxie ont été limitées par un manque de preuves spécifiques à l’urologie. Les décisions concernant la thromboprophylaxie nécessitent à la fois des estimations des effets relatifs sur la TEV et les saignements, et des risques absolus de TEV et de saignements en l’absence de prophylaxie (cette dernière est désignée comme risque de référence). Des preuves substantielles provenant d’essais contrôlés randomisés (ECR) sur une gamme d’interventions chirurgicales sont disponibles, et il est raisonnable de supposer que les effets relatifs de la prophylaxie sont similaires entre les interventions chirurgicales. Les données probantes concernant le risque de référence pour l’ensemble des procédures urologiques sont cependant plus limitées et les résumés systématiques des données probantes disponibles n’ont jusqu’à présent pas été disponibles.

Pour élaborer ces lignes directrices, le Groupe d’experts a procédé à des examens systématiques du risque initial de TEV et de saignement dans une grande variété de procédures urologiques. Ces examens fournissent une base de données probantes plus solide pour les lignes directrices sur la thromboprophylaxie urologique que celle qui était disponible précédemment.

En utilisant ces preuves nouvellement résumées, ces Lignes directrices du Groupe de travail sur la thromboprophylaxie en chirurgie urologique de l’Association Européenne d’Urologie (EAU) fournissent des conseils pratiques fondés sur des preuves concernant la thromboprophylaxie postopératoire et la gestion périopératoire des agents antithrombotiques en urologie.

Les cliniciens qui souhaitent mettre en œuvre nos recommandations doivent garder à l’esprit que les lignes directrices ne peuvent jamais remplacer l’expertise clinique lors de la prise de décisions de traitement pour les patients individuels, mais aident plutôt à guider les décisions qui doivent également prendre en compte les valeurs et les préférences des patients ainsi que leur situation individuelle. Les lignes directrices ne sont pas des mandats et ne prétendent pas être une norme légale de diligence.

1.2.Composition du panel

Le panel des Directives de l’EAU sur la thromboprophylaxie en chirurgie urologique est composé de médecins / méthodologistes ayant une expertise en urologie, médecine interne, hématologie, gynécologie et épidémiologie clinique. Bien que les directives soient rédigées principalement pour les urologues, elles peuvent également être utilisées par d’autres médecins, patients ou autres parties intéressées.

1.3.Publications disponibles

Un document de référence rapide, les Directives Pocket, est également disponible, à la fois sous forme imprimée et sous forme d’application mobile, présentant les principales conclusions des Directives sur la thromboprophylaxie en chirurgie urologique. Il s’agit de versions abrégées qui peuvent nécessiter une consultation avec la version intégrale. Tous sont disponibles sur le site internet de l’EAU : https://uroweb.org/guideline/thromboprophylaxis/?type=pocket-guidelines.

1.4.Historique des publications

Ces Directives de l’UAU sur la thromboprophylaxie en chirurgie urologique sont les premières du genre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.